Terre des Chèvres
REDCAP Chèvres saanen Chèvre saanen au pâturage Luzerne en fleur - journées de l'herbe - septembre 2011 Journées de l'herbe
FRCAP - Chevriers Nouvelle-Aquitaine - Vendée BRILAC Région Nouvelle-Aquitaine L'Europe s'engage en Nouvelle-Aquitaine CRDC - Centre de Ressources et de documentation caprine Résilience des systèmes d'élevage caprins de Nouvelle-Aquitaine - L'Union européenne, le fond européen agricole pour le développement rural et la Région Nouvelle-Aquitaine investissent dans les zones rurales Conseil Régional des Pays de la Loire
Quelles rotations dans les systèmes caprins ?

Quelles rotations dans les systèmes caprins ?

80 % des systèmes caprins de l’Ouest sont en polyculture-élevage. Les élevages de chèvres sont par ailleurs caractérisés par une utilisation forte (54 % en moyenne) de concentré dans la ration (notamment le maïs et depuis quelques années, on constate un développement de l’orge, du tournesol, des protéagineux et des méteils), en plus du fourrage (foin/enrubannage de luzerne ou légumineuses principalement). Les objectifs de ce travail sont les suivants : proposer des rotations optimisées et réalistes pour la zone étudiée, en favorisant des cultures utilisables pour l’alimentation des chèvres et limitant les intrants externes (notamment fertilisation minérale et produits phytosanitaires), tout en prenant en compte les conséquences locales du changement climatique. L’évaluation multicritères permettra par ailleurs de mobiliser ces exemples décrits pour sensibiliser les éleveurs sur leur pratiques agronomiques.

Entre 2020 et 2023, dix groupes d’éleveurs de chèvres (de 4 à 8 éleveurs par groupe) ont travaillé à la conception de systèmes d’élevage caprin adapté au changement climatique. Ces ateliers étaient animés par un binôme d’animateurs : un animateur spécialisé sur les systèmes de cultures innovants et un sur les systèmes d’élevage caprin.

La rotation culturale dure de 5 années à 13 années (moyenne de 8,2 années), avec à chaque fois la présence de prairies cultivées riche en légumineuses : prairie artificielle en luzerne ou prairie multi-espèces riches en luzerne ou trèfles. Les cultures fourragères représentent en moyenne 57 % de la durée de la rotation (de 34 % à 69 %). La luzerne est cultivée dans 10 rotations / 15, en pur ou en mélange. Les autres prairies sont des multi-espèces riches en trèfle violet et blanc.

Il y a en moyenne 3 cultures annuelles (de 1 à 6). Les méteils récoltés en grain sont présents dans 9 systèmes de culture /10, le maïs, le tournesol et le blé dans un système de culture sur 2 et l’orge dans 2 systèmes de culture/5. Quelques cultures de diversification sont présentes dans 2 systèmes / 10 : pois, féverole, colza, avoine, lin, soja, triticale. Globalement, on constate un développement de l’utilisation des mélanges d’espèces (prairies multi-espèces, méteils, dérobées complexes).

Les semis des prairies sous-couvert d’une culture annuelle se développent également (dans 8 rotations/10). Toutes les rotations décrites ont au moins une culture de printemps (maïs, tournesol, céréale de printemps), pour notamment casser le cycle de certaines adventices.

La couverture du sol hivernale est alors permise soit par une dérobées (engrais vert), soit une prairie en fin de carrière.

Le retour des éleveurs ayant participé aux ateliers de co-conception sont très positifs. Ils ont apprécié travailler sur des rotations typiques de leur zone, avec des échanges techniques. La synthèse détaillée pour chacun des groupes, avec la description des rotations et itinéraire technique, leur évaluation, les leviers d’optimisation techniques et également les conséquences sur le système d’élevage est disponible sur le site internet du réseau REDCap (https://redcap.terredeschevres.fr/s...).